Detroit River Frontier & John “Daddy” Hall

One of the reasons that the Americans declared war on Great Britain in 1812 was because they wanted more land for settlement in the western and northern parts of North America. First Nations peoples who were friendly with the British did not want more European pioneers living on their land, so they fought back in a series of skirmishes, battles, and raids on pioneer communities.  The Americans were angry, because they believed that the British helped the Native peoples in conducting these raids and supplied the guns and ammunition.

The War of 1812 started in June, and by July the American commander at Detroit, General William Hull, invaded Upper Canada. His troops crossed over the Detroit River to where Windsor, Ontario, is today, and took the town of Sandwich. But when Hull tried to take Fort Amherstburg, near the southern end of the Detroit River, he was pushed back. He and his troops returned to Detroit.

Even though the Americans had a much larger army, General Isaac Brock and his brilliant ally, the Shawnee Chief Tecumseh, tricked General Hull into believing there were far more men on the British-Canadian side than there really were. General Hull surrendered on August 16, 1812.

5. John Hall aged 114, c. 1896_Grey Roots Owen Sound 1976020019

John Hall aged 114, c. 1896. Image courtesy of Grey Roots Owen Sound 1976020019.

There were African Canadians fighting in several military units with British and First Nations troops.  For instance, a man named John Hall served as a scout for Chief Tecumseh. John Hall lost his whole family and his freedom because he fought in the War of 1812.  John had 12 brothers and sisters. They lived on the Canadian side of the Detroit River between Sandwich and Amherstburg, and were the children of a Mohawk father and African mother.  John Hall fought at the Battle of Stoney Creek where he was wounded. When he returned home, the American troops took him, his mother and uncle, and all 12 of the Hall children as prisoners-of-war. They were carried off to Virginia. At the end of the war, the whole family was sold as slaves to different owners. John Hall never saw any member of his family again.

John Hall was sent to live in Kentucky as a slave.  He eventually escaped on the Underground Railroad. When he came to Canada, he first lived in Toronto. Eventually John Hall and his wife, Esther, migrated north to Owen Sound, on Georgian Bay. They started a farm, cleared the land and built a log cabin. John Hall was over 60 years old by this time, but he wanted a new life for himself and his children.

The town of Owen Sound needed a “town crier.” In the days before radio, television or the internet, this was a man who went about town ringing a bell and telling everyone the day’s news. John Hall was the Town Crier for many, many years. This Black veteran of the War of 1812 died in Owen Sound, Ontario, in 1900. He was 117 years old.

Read the Report

Watch the Augmented Reality vignette

Download the Lesson Plan

Check out the related documents

Related Stories:

Back to Regions

 

La frontière de la rivière Détroit

Une des raisons pour lesquelles les Américains ont déclaré la guerre contre la Grande-Bretagne en 1812 était leur désir de conquérir plus de territoire pour s’établir dans l’Ouest et le nord de l’Amérique du Nord. Les Premières nations qui avaient des relations amicales avec les Britanniques ne voulaient pas de pionniers européens sur leurs terres et ont défendu ces terres au cours d’une série d’escarmouches, de batailles et d’invasions établissements de pionniers. Les Américains étaient furieux croyant que les Britanniques aidaient les Premières nations lors de ces invasions en leur fournissant des armes et des munitions.

La Guerre de 1812 a débuté en juin, et dès juillet, le commandant américain à Détroit, le général William Hull, a envahi le Haut-Canada. Ses troupes ont traversé la rivière Détroit au niveau de la ville de Windsor en Ontario, de nos jours, et ont pris la ville de Sandwich. Mais lorsque le général Hull a tenté de prendre le Fort Amherstburg près de l’extrémité sud de la rivière Détroit, il a connu une résistance et il a dû battre en retraite avec ses troupes à Détroit.  

Même si l’armée américaine était beaucoup plus imposante, le général Isaac Brock et son brillant allié, le chef Shawnee Tecumseh, sont parvenu à faire croire au général Hull qu’il y avait beaucoup plus d’hommes du côté canado-britannique qu’il n’y en avait en réalité. Le général Hull s’est rendu le 16 août 1812.

Certains Afro-canadiens combattaient au sein de plusieurs unités militaires au côté des troupes britanniques et des forces des Premières nations. Par exemple, un homme nommé John Hall a servi d’éclaireur pour les forces du chef Tecumseth.  

4. Battle of the Thames, 5 October 1813_Peter Winkworth 1833_LAC R9266-3317

“Battle of the Thames, 5 October 1813,” by Peter Winkworth in 1833. Image courtesy of Library and Archives Canada, R9266-3317.

John Hall a perdu toute sa famille et sa liberté parce qu’il a combattu à la Guerre de 1812. John avait douze frères et sœurs. Ils vivaient du côté canadien de la rivière Détroit entre les villes de Sandwich et Amherstburg, enfants d’un père Mohawk et d’une mère d’origine africaine. John Hall a combattu dans la bataille de Stoney Creek où il a été blessé. À son retour à la maison, les troupes américaines l’ont capturé, ainsi que son père, sa mère et ses douze frères et sœurs, et en ont fait des prisonniers de guerre. Ils ont été emmenés en Virginie. À la fin de la guerre, toute la famille a été vendue comme esclaves à différents propriétaires. John Hall n’a jamais revu les autres membres de sa famille.

John Hall a devenu esclave au Kentucky. Il s’est éventuellement échappé par le chemin de fer clandestin. Lorsqu’il est arrivé au Canada, il s’est d’abord établi à Toronto. Il a rencontré son épouse Esther et a migré vers le nord, à Owen Sound sur la Baie Georgienne. Il a établi une ferme, défrichant la terre et construisant une cabine à cet endroit. John Hall était âgé de soixante ans à cette époque. Malgré tout, il désirait un avenir meilleur pour lui-même et ses enfants.

Plus tard dans sa vie, il est devenu le « crieur du village » d’Owen Sound, traversant le village, sonnant sa cloche et disant à tous les nouvelles du jour. John Hall est demeuré crieur du village pendant de nombreuses années. Cet ancien combattant noir de la Guerre de 1812 est décédé à Owen Sound en Ontario en 1900. Il était âgé de 117 ans. 

Lire le rapport

Visionner la vignette à réalité augmentée

Télécharger le plan de cours

Vérifier les documents connexes

Autres histoires connexes:

Retour à la page sur les régions

 

Share