Lake Ontario

War on Lake Ontario

In early nineteenth century North America, roads were few and far between, and the preferred means of transp ortation was by water. With no local industries, manufactured goods for British North America came from Britain by way of the St. Lawrence River and the Great Lakes. This meant that when war broke out, the essential British supply line was located right along the front line, where most of the fighting was. Control of these waterways, therefore, was critical to the survival of British North America.

At the outbreak of war, neither side had a proper navy on the Great Lakes. Canadian waters were patrolled by the Provincial Marine, whose vessels were used as government transports, and whose crews had no military training. The main naval shipyard in Upper Canada was in Kingston (on Lake Ontario), with smaller yards at York (Lake Ontario) and Amherstburg (the Detroit River, above Lake Erie). There was an American naval base on Lake Ontario, opposite Kingston, at Sackets Harbor. On both sides, ships had Black crew members working as seamen, cooks and powder-boys with gun crews.

Initially, the military procured merchant ships and outfitted them for service. This was far from ideal, as these vessels were designed to carry cargo stowed in the hold below, not heavy cannon on the top deck. An unfortunate example is the American schooner Hamilton, fitted with eight 18-pound carronades, each weighing 1,008 lb. (457 kg), and one 12-pound long gun weighing 3,808 lb. (1727 kg). In August 1813, it was hit by a sudden squall, and top-heavy with armaments could not be righted. It sank near today’s city of Hamilton, and most of its crew of fifty drowned.

Early in the war, naval encounters attempted to capture lone enemy ships, and seize supplies from coastal communities. The first attack from the American base at Sackets Harbor was led by Captain Benjamin Forsyth, on September 21, 1812, when he took seventy riflemen across Lake Ontario to Gananoque (downstream from Kingston). They overpowered a local detachment of the Leeds militia, then took military stores, burned the government depot and withdrew. Hit-and-run raids by both sides continued throughout the war, and escalated into a campaign of retaliation. As the war progressed, civilians suffered increasingly from this plundering.

The Governor Simcoe, Intercepted by the American Fleet, off Kingston, 10 November 1812

“The Governor Simcoe, Intercepted by the American Fleet, off Kingston, 10 November 1812,” by C. H. J. Snider. Image courtesy of Metropolitan Toronto Reference Library.

In October 1812, Captain Isaac Chauncey was given US command of the Great Lakes. He embarked on an ambitious shipbuilding programme at Sackets Harbor. By November, Chauncey’s fleet included seven refurbished merchant schooners, and the 16-gun brig Oneida. (The 24-gun corvette Madison was launched on November 26, 1812, but would not see service until April 25, 1813, when it became Chauncey’s flagship.)

Chauncey planned to capture or sink three British ships based in Kingston, across Lake Ontario: the 20-gun sloop Royal George, flagship of the Provincial Marine, and the largest warship on the lake at the time; and two schooners, Prince Regent and Duke of Gloucester. When the British ships returned from Fort George in November 1812, Chauncey’s fleet gave chase and found the Royal George close to the batteries (defences) protecting the entrance to Kingston harbour. These were not equipped with powerful guns, and were no deterrent to the American fleet. The nervous captain of the Royal George retreated into Kingston harbour. Chauncey’s fleet followed, inflicting damage on ships and town buildings, before withdrawing. The incident demonstrated how unprepared Britain was for this war. For the moment, Chauncey controlled Lake Ontario.

The United States’ biggest advantage was its experienced naval officers. With the appointment in May 1813 of Sir James Lucas Yeo as commodore of the British Great Lakes fleet, the situation changed. Yeo incorporated the Provincial Marine into the Royal Navy and, like Chauncey, ordered the building of bigger and better ships. An “arms race” (sometimes called “The Carpenters’ War”) saw the dockyards at Kingston and Sackets Harbour each trying to produce a larger ship. On September 10, 1814, HMS St. Lawrence was launched from Kingston. Equipped with 112 guns, and to carry a crew of 837, this was one of the biggest ships of the time (larger than Nelson’s HMS Victory).

In May 1813, while Chauncey’s fleet was transporting troops to the Niagara River, Commodore Yeo seized the opportunity to take Sackets Harbour. He hoped to create a diversion, reducing American naval pressure on the Niagara frontier, and to cripple the American ship-building enterprise. Eight hundred soldiers and forty Native warriors sailed from Kingston. Light winds slowed the progress of the flotilla, removing the element of surprise. The cautious Canadian governor, Sir George Prevost, ordered that the attack be delayed for a day. When the British landed on May 29, the Americans were ready for them. Prevost panicked, fearing the return of Chauncey, and ordered his troops to withdraw.

Yeo and Chauncey spent the summer of 1813 cautiously looking for an opportunity to strike the other’s fleet. With sailing vessels, it was a challenge to keep each squadron together. The smaller schooners, with less sail, could not move as quickly as the larger square-rigged warships. Any ship that got separated could be picked off by the enemy. The strength of the wind and its direction governed every engagement. Naval battles required warships to be aligned for firing broadside, and each commander wanted to secure the wind advantage.

The summer culminated in the so-called “Burlington Races,” in September 1813. The two squadrons finally moved into battle positions, and shots were exchanged. Yeo’s flagship Wolfe was severely damaged, but other British ships moved in to protect it. After firing at the American ships, the British fleet sailed for the safety of Burlington Bay. Chauncey called off the American pursuit. There was loss of life and damage to ships on both sides, but no decisive victory. This was the last significant naval engagement on Lake Ontario during the war.

During the War of 1812, both the British and Americans used their naval resources to transport troops and supplies, to blockade enemy positions, and for raids on enemy ships and locations. On the Great Lakes the stakes were high, and throughout the war both sides hung back from major naval engagements to avoid the disastrous consequences of defeat, and to preserve their few purpose-built warships.

Related Stories:

Back to Regions

 

La guerre sur le lac Ontario

Au début du dix-neuvième siècle, il y avait peu de routes en Amérique du Nord; ainsi, la navigation était le mode de transport préféré. Étant donné qu’il n’y avait pas d’industries locales, les produits manufacturés consommés par les Britanniques en Amérique du Nord étaient importés de la Grande-Bretagne et expédiés par bateaux en passant par le fleuve St-Laurent pour atteindre les Grands Lacs. Ainsi, lorsque la guerre a éclaté, cette voie de ravitaillement vitale pour les Britanniques se trouvait au beau milieu de la zone où se déroulait la plupart des combats. Il était vital pour les Britanniques en Amérique du Nord de conserver le contrôle de ces vois navigables.

Au début de la guerre, aucun des deux côtés n’avait de forces navales appropriées sur les Grands Lacs. Les eaux canadiennes étaient patrouillées par la Marine provinciale dont les navires étaient utilisés par le gouvernement pour ses besoins de transport, leur équipage n’ayant aucune formation militaire. Le principal chantier naval dans le Haut-Canada était situé à Kingston (sur les rives du lac Ontario), avec de plus petits chantiers navals à York (lac Ontario) et Amherstburg (rivière Détroit,  au nord du lac Érie). Les Américains avaient une base navale sur les rives du lac Ontario à Sackets Harbor, directement en face de Kingston, de l’autre côté du lac Ontario. Il y avait des membres d’équipage Noirs des deux côtés qui occupaient les fonctions de marins, de cuisiniers et de magasiniers de poudre pour  les équipes des canons.

Initialement, les forces militaires se sont procuré des navires marchands et les ont convertis pour la bataille. Ceci était moins qu’idéal puisque ces navires étaient conçus pour transporter le cargo arrimé dans la cale et non pas pour tenir de lourds canons sur le pont. Un malheureux exemple de ce type de navire est celui de la goélette américaine Hamilton, sur laquelle huit caronades de 18 livres, pesant chacune 1 008 livres (457 kilogrammes) ainsi qu’un canon de 12 livres, pesant 3 808 livres (1 727 kilogrammes) ont été installées. En août 1813, une risée s’est levée soudainement et le navire, dont l’armement sur le pont était trop lourd, s’est renversé. Il a coulé près de la ville d’Hamilton et la plupart des 50 hommes de l’équipage ont péri par noyade.

Au début de la guerre, les forces navales tentaient de capturer des navires ennemis isolés et saisir le ravitaillement des collectivités côtières. La première attaque à partir de la base américaine à Sackets Harbor a été menée par le capitaine Benjamin Forsyth le 21 septembre 1812 alors qu’il se dirigeait accompagné de soixante-dix carabiniers vers Cananoque de l’autre côté du lac Ontario (à l’est de Kingston). Ils ont subjugué un détachement local de milice à Leeds pour ensuite s’emparer des dépôts de fournitures militaires, brûler le dépôt du gouvernement et retourner à la base navale. Ce type de raid éclair s’est poursuivi des deux côtés durant toute la période de la guerre et s’est transformé en campagne de représailles. Les civils ont beaucoup souffert de ce type de pillage tout au long de la guerre.

Naval Engagement off Kingston, Ontario HMS Royal George Pursued by Commodore Chauncey in USS Oneida, 9 November 1812

“Naval Engagement off Kingston, Ontario HMS Royal George Pursued by Commodore Chauncey in USS Oneida, 9 November 1812,” by C. H. J. Snider. Image courtesy of Metropolitan Toronto Reference Library.

En octobre 1812, le capitaine Isaac Chauncey a pris le commandement des forces américaines sur les Grands Lacs. Il s’est lancé dans un ambitieux programme de construction navale à Sackets Harbor. Dès novembre, la flotte de Chauncey comportait sept goélettes commerciales révisées et le brick Oneida équipé de seize canons. (La corvette Madison équipée de 24 canons a été lancée le 26 novembre 1812, mais elle n’est pas entrée en service avant le 15 avril 1813, Chauncey en faisant son navire amiral à partir de ce moment.)

Chauncey prévoyait capturer ou couler les navires britanniques amarrés à Kingston de l’autre côté du lac Ontario : le sloop Royal George équipé de 20 canons, navire amiral de la Marine provinciale, et le plus grand navire militaire sur le lac à cette époque; et deux goélettes, Prince Regent et Duke of Gloucester. Lorsque les navires britanniques sont retournés à Fort George en novembre 1812, la flotte de Chauncey les a poursuivis et a trouvé le Royal George près des batteries (les défenses) protégeant l’entrée du port de Kingston. Ces batteries n’étaient pas équipées avec des armes puissantes et ne sont pas parvenues à dissuader la flotte américaine. Le capitaine du Royal George, nerveux, s’est réfugié dans le port de Kingston. La flotte de Chauncey l’a suivi, détruisant les navires et les bâtiments de la ville avant de se retirer. L’incident a démontré à quel point les forces britanniques n’étaient pas prêtes pour cette guerre. À cette époque, Chauncey contrôlait le lac Ontario.

Le plus grand avantage des États-Unis était l’expérience de ses officiers navals. Cette situation a changé avec la nomination de Sir James Lucas Yeo au poste de commodore de la flotte britannique sur les Grands Lacs en mai 1813. Yeo a combiné la Marine provinciale et la Marine royale, et, comme Chauncey, a ordonné la construction de navires plus grands et mieux équipés. Une « course à l’armement » (parfois nommée « la guerre des charpentiers ») s’en est suivi où les chantiers navals de Kingston et de Sackets Harbor essayaient tous deux de construire le plus grand navire. Le 10 septembre 1814, le HMS St. Lawrence a été lancé à Kingston. Équipé de 112 canons avec un équipage de 837 hommes, il s’agissait d’un des plus grands navires à l’époque (plus grand que le HMS Victory de Nelson).

En mai 1813, alors que la flotte de Chauncey transportait des troupes sur la rivière Niagara, le commodore Yeo a saisi le moment pour prendre la base de Sackets Harbour. Il espérait créer une diversion, atténuant la pression exercée par les forces navales américaines à la frontière dans la région de Niagara et paralysant les efforts de construction navale des Américains. Huit cents soldats et quarante guerriers autochtones sont partis du port de Kingston. Les légers vents ont ralenti l’avancée de la flottille, éliminant l’élément de surprise. Par prudence, le gouverneur canadien, Sir George Prevost, a ordonné le report de l’attaque d’une journée. Lorsque les Britanniques sont débarqués le 29 mai, les Américains les attendaient. Prevost a paniqué, craignant le retour de Chauncey, et a ordonné le retrait de ses troupes.  

Yeo et Chauncey ont passé l’été de 1813 à rechercher une possibilité d’attaquer l’autre le premier. Parce qu’il s’agissait de voiliers, il était difficile de garder chaque escadron regroupé. Les plus petites goélettes, ayant moins de voiles, n’étaient pas aussi rapides que les navires de guerre gréés en carré. Tous les navires séparés de l’escadron étaient capturés par l’ennemi. La force et la direction des vents dictaient la tenue de chaque engagement. Les batailles navales nécessitaient l’alignement des navires de guerre côte à côte, où se trouvent les canons, et chaque commandant voulait tirer avantage des vents.

Les événements de l’été ont culminé par ce qui a été nommé « les courses de Burlington » en septembre 1813. Les deux escadrons se sont finalement positionnés pour la bataille et ont échangé des tirs. Le navire amiral de Yeo, le « Wolfe », a été gravement endommagé, mais les autres navires britanniques se sont positionnés pour le protéger. Après avoir tiré sur les navires américains, la flotte britannique a trouvé refuge dans la baie de Burlington. Chauncey a abandonné la poursuite. Il y a eu perte de vies et des navires endommagés des deux côtés, mais aucune victoire décisive. Il s’agit de la dernière bataille navale significative sur le lac Ontario au cours de la guerre.

Durant la Guerre de 1812, les Britanniques et les Américains ont tous deux fait usage de leurs ressources navales pour transporter des troupes et du matériel, pour bloquer les positions de l’ennemi et pour mener des raids à bord des navires et dans les établissements  de l’ennemi. Les enjeux étaient grands dans la région des Grands Lacs et pour toute la durée de la guerre, les deux côtés ont évité des confrontations navales majeures en raison des conséquences désastreuses de la défaite pour chacun et pour conserver les quelques navires qui avaient été construits à des fins militaires. 

Autres histoires connexes:

Retour à la page sur les régions

 

Share