Niagara

The Niagara Campaign, 1812-1814

Many of the key battles of the War of 1812 took place in the Niagara Peninsula. This lush area covers a wide swath of territory between the Niagara River on the east to Hamilton, Ontario, on the west and from the southern shore of Lake Ontario on the north to the northern shore of Lake Erie on the south. It includes many natural wonders, such as Niagara Falls and the Niagara escarpment, which runs just south of the Lake Ontario shoreline all along the peninsula.

Battle of Queenston Heights

“The Battle of Queenston Heights,” by James B. Dennis. Image courtesy of Library and Archives of Canada, C-014614.

By October 1812, the Americans had suffered a series of embarrassing defeats: Forts Michilimackinac and Detroit were taken by the British and the Michigan Territory had changed to British hands. Then, on October 13, the Americans under Major-General Stephen Van Rensselaer invaded Upper Canada at Queenston. General Isaac Brock, the brilliant commander of the British forces in Upper Canada, lost his life attempting to repulse the attack. His successor, Major-General Roger Sheaffe, ordered more reinforcements, including the Iroquois warriors under Mohawk Chief John Norton, and the Coloured Corps. They surrounded the Americans on the Heights and successfully repulsed the attack, forcing them to withdraw, killing or wounding 500, and taking over 900 prisoners. A year that had begun with the Americans thinking that they could conquer Canada “by a mere matter of marching” had not ended well for them.

In 1813, the Americans regrouped. Under the command of General Henry Dearborn, they took York on April 27, 1813, and then proceeded in the early morning hours of May 27 with the siege of Fort George at the mouth of the Niagara. Vastly outnumbered five to one and taking heavy casualties, the British were forced to abandon the fort and retreat to Burlington Heights (Hamilton). The American army followed to finish them off, but while encamped for the night at Stoney Creek on June 6, they were attacked by the outnumbered British and Norton warriors. What resulted was the capture of two brigadier-generals and 125 additional men, after which the Americans retreated to 40 Mile Creek (Grimsby) and ultimately back to Fort George. With the continuing failure of the Americans to obtain their objective of conquering Canada, the Native population on the Grand River maintained their alliance with the British, and more Algonquian and Iroquois warriors from Lower Canada, as well as other Native groups, joined the British forces on the Niagara frontier.

Back at Fort George, Dearborn attempted to save the day by staging another attack on a key British position near Beaver Dams (Thorold). A force of 600 infantry, cavalry, and artillery moved south to Queenston before turning westward. At Queenston, however, their plans were overheard by Laura Secord, who trekked 30 kilometres (19 miles) through thick woods and with the threat of capture by enemy patrols, to warn Lieutenant James Fitzgibbons. The Americans were then ambushed on June 24 by over 400 Native warriors – 300 Caughnawagas and 100 Mohawks – in fierce fighting. Again, the Americans were defeated thanks to the Natives, and the Americans’ intense fear of being slaughtered. After this debacle, Dearborn was unceremoniously dismissed and the British were able to effectively blockade them inside Fort George. In December 1813, the Americans abandoned the fort. Unfortunately, as they evacuated, they burned down Niagara (now Niagara-on-the-Lake) causing much suffering on the part of the townspeople, and a thirst for revenge. On December 19, British forces made a surprise night attack on the US Fort Niagara and took the fort, seizing much-needed supplies, and killing, wounding, or capturing over 400 Americans. 

Although the United States had failed in the Niagara peninsula, the Americans had regained dominance in the west because of the battles on Lake Erie and at Moraviantown in 1813.  In 1814, therefore, they made another incursion into Upper Canada from Buffalo, again attempting to gain the upper hand in this strategic region, and hopefully the rest of the province.

St Mark's Anglican Church

St Mark’s Anglican Church, 1834. J. Ross Robertson Collection at the Metropolitan Toronto Reference Library. Image courtesy of St. Mark’s Anglican Church.

This time an American force comprising 5,000 soldiers and 600 Native warriors had been training for the invasion, and was led by better officers. They captured Fort Erie with little resistance from the 170-man garrison on July 3, and moved north toward Chippawa. At Chippawa, they were met by Major-General Phineas Riall and about 1,550 regular soldiers and militia, and 350 Native warriors. The British burned the bridge at Chippawa, but the next day, the two armies and Native warriors, this time fighting on both sides in the conflict, engaged in heavy combat, with the smaller British force sustaining double the casualties. Riall retreated to his well-fortified base at the mouth of the Niagara on July 8. Meanwhile, Major-General Jacob Brown advanced to Queenston and waited for backup, which had been pre-arranged, from Commodore Isaac Chauncey with his squadron of US naval vessels. Surprisingly, Chauncey never arrived, and Brown was forced to return to Chippawa. However, Riall followed them with his troops, joined the next day by the 89th Regiment. This set the stage for the Battle of Lundy’s Lane. It was fought at dusk on July 25, 1814, by 3500 British and 2800 Americans in what has been described as the bloodiest battle of the entire war. Over 900 Americans and 800 British were killed, wounded or missing. But it was a turning point in the War – Major-General Brown’s advance into Upper Canada was halted. The Americans retreated to Fort Erie and held there, even after an unsuccessful attack on the fort by the British on August 15. On November 5, they withdrew from Fort Erie and blew it to pieces. Thus ended any further campaigns in the Niagara peninsula.

Related Stories

Back to Regions

 

La Campagne de Niagara, 1812-1814

Plusieurs des grandes batailles durant la Guerre de 1812 ont eu lieu dans la péninsule de Niagara. Cette région luxuriante s’étend de la rivière Niagara jusqu’à la rive d’Hamilton, Ontario d’ouest en est et des berges sud au nord du Lac Ontario jusqu’à la rive nord du lac Érie  au sud. Cette région comporte des merveilles de la nature, telles les chutes Niagara et l’escarpement de Niagara, longeant la rive sud du lac Ontario sur toute la longueur de la péninsule.  

Dès octobre 1812, les Américains avaient subi une série de défaites embarrassantes : les forts Michilimackinac et Détroit ont été pris par les Britanniques et le territoire du Michigan a été concédé aux Britanniques. Ainsi, le 13 octobre, les Américains servant sous le commandement du major-général Stephen Van Rensselaer ont envahi le Haut-Canada au niveau de Queenston. Le général Isaac Brock, le brillant commandant des forces britanniques dans le Haut-Canada, a perdu la vie en tentant de repousser l’attaque. Son successeur, le major-général Roger Sheaffe, a demandé des renforts, y compris de la part des guerriers Iroquois sous le commandement du chef Mohawk John Norton, et auprès du Coloured Corps. Ils ont entouré les forces américaines à partir des hauteurs de la péninsule et sont parvenus à repousser l’attaque, forçant les forces américaines à rebrousser chemin, tuant ou blessant 500 soldats et faisant 900 prisonniers. Pour ces Américains convaincus qu’ils allaient conquérir le Canada cette année-là, tout simplement « en mettant le pied sur le territoire », les choses ont bien mal tourné.

Fort Mississauga Plan

Plan of Fort Mississauga, dated July 1814, while under construction by the Coloured Corps, Image courtesy of Library and Archives Canada, NMC 23031.

En 1813, les Américains  se sont regroupés. Sous le commandement du général Henry Dearborn, ils ont pris la ville de York le 27 avril 1813, puis ils se sont dirigés au petit matin le 27 mai pour assiéger le Fort George à l’embouchure de la rivière Niagara. Les soldats américains étant cinq fois plus nombreux que les forces britanniques, celles-ci ont souffert d’immenses pertes et elles ont été forcées d’abandonner le fort et de battre en retraite dans les hauteurs de Burlington (Hamilton). L’armée américaine les a poursuivis pour les exterminer, mais alors que les soldats américains avaient établi leur campement à Stoney Creek pour la nuit le 6 juin, ils ont été attaqués par le petit groupe de soldats britanniques et les guerriers de Norton. À ce moment, deux brigadiers-généraux et 125 hommes ont été capturés, après quoi les Américains ont battu en retraite dans la région de « 40 Mile Creek » (Grimsby) et ultimement sont retournés au Fort George. Les Américains ne parvenant à réaliser leur objectif de conquête du Canada, la population autochtone a maintenu ses alliances avec les Britanniques et d’autres guerriers Algonquins et Iroquois se sont joints aux forces britanniques à la frontière de Niagara.

De retour au Fort George, Dearborn a tenté de sauver la face en lançant une attaque sur une position stratégique des forces britanniques près de Beaver Dams (Thorold). L’infanterie, la cavalerie et l’artillerie fortes de 600 hommes se sont déplacées au sud à Queenston avant de se diriger vers l’ouest. Toutefois, lorsqu’ils ont atteint Queenston, leur plan a été déjoué par Laura Secord qui a fait un périple de 30 kilomètres (19 milles), traversant de denses forêts et risquant d’être capturée par les patrouilles ennemies, pour avertir le lieutenant James Fitzgibbons de l’attaque éminente des Américains. Ainsi, le 24 juin, plus de 400 guerriers autochtones – 300 Caughnawagas et 100 Mohawks – ont tendu une embuscade aux Américains pour les attaquer violemment. Une fois de plus, les Américains ont été défaits grâce aux autochtones en raison de leur peur effroyable d’être massacrés par les guerriers autochtones. Après cette débâcle, Dearborn a été destitué ignominieusement et les forces britanniques sont parvenues à forcer un blocus des forces américaines dans le Fort George. En décembre 1813, les Américains ont abandonné le fort. Malheureusement, lorsqu’ils ont évacué les lieux, ils ont brûlé la ville de Niagara (maintenant Niagara-on-the-Lake), causant une immense souffrance chez les villageois, et une soif de vengeance. Le 19 décembre, les forces britanniques ont lancé une attaque-surprise contre le Fort Niagara du côté américain de la rivière et ont pris le fort, s’emparant de matériel et de denrées essentiels, et tuant, blessant ou capturant plus de 400 Américains.

GenIsaacBrock archives of Ontario

“Major-General Sir Isaac Brock, KB,” by George Theodore Berthon. Image courtesy of Archives of Ontario.

Malgré l’échec des États-Unis dans la prise de la péninsule de Niagara, les Américains ont dominé à nouveau dans l’ouest grâce aux des batailles du lac Érie et de Moraviantown en 1813.  Ainsi, en 1814, les forces américaines ont fait une autre incursion dans le Haut-Canada à partir de Buffalo, tentant une fois de plus de conquérir cette région stratégique et, si possible, le reste de la province.  

Cette fois, les forces américaines comportaient 5 000 soldats et 600 guerriers autochtones ayant été formés en vue de cette invasion et commandés par de meilleurs officiers. Ils ont pris le fort Érie le 3 juillet avec peu de résistance de la part de la garnison canadienne forte de 170 hommes. Ils se sont ensuite dirigés vers Chippawa au nord. Rendus à Chippawa, ils ont fait face aux forces du major-général Phineas Riall d’environ 1 550 soldats réguliers et miliciens et 350 guerriers autochtones. Les Britanniques ont brûlé le pont menant à Chippawa, mais le lendemain, deux armées et des guerriers autochtones, combattant cette fois pour les deux côtés du conflit, ont engagé un combat féroce au cours duquel les forces britanniques inférieures en nombre ont subi le double des pertes subies par l’ennemie. Riall a battu en retraite dans sa base bien fortifiée à l’embouchure de la rivière Niagara le 8 juillet. Entre temps le major-général Jacob Brown s’était rendu à Queenston et attendait des renforts qu’il avait organisés à l’avance avec le commodore Isaac Chauncey et son escadron de navires américains. Étonnamment, Chauncey n’est jamais arrivé à Queenston, et Brown a dû retourner à Chippawa. Cependant, Riall et ses troupes ont suivi Brown et, le lendemain, ils se sont joints au 89e régiment. Ce qui préparait le terrain pour la Bataille de Lundy’s Lane. Cette bataille a eu lieu à la brunante le 25 juillet 1814, engageant 3 500 Britanniques et 2 800 Américains dans ce qui a été décrit comme étant la bataille la plus sanglante de toute la Guerre de 1812. Plus de 900 Américains et 800 Britanniques ont été tués, blessés ou déclarés disparus. Cette bataille représente un tournant de la guerre – l’arrêt de l’avancée du major-général Brown dans le Haut-Canada. Les Américains ont battu en retraite au fort Érie et y sont restés, même après l’échec d’une attaque du fort par les Britanniques le 15 août. Le 5 novembre, les Américains ont abandonné le fort Érie et l’ont fait exploser en poussière. Il n’y plus jamais eu de campagnes militaires dans la péninsule de Niagara après cette date. 

Autres histoires connexes:

Retour à la page sur les régions

 

Share