York

Attacks on York and the Battle of Crysler’s Farm

Britain was militarily unprepared for the United States’ declaration of war on June 18, 1812. British troops were committed to the European war against Napoleon, and few professional soldiers had been deployed to British North America. In Upper Canada, the handful of regular troops at Kingston and Fort York on Lake Ontario, Fort Erie on the Niagara Peninsula, Fort Malden on the Detroit River, and Fort St. Joseph at Michilimackinac, were put on alert.

Battle of Crysler's Farm, 1813

Image courtesy of www.ontarioplaques.com

In Canada, Governor General Sir George Prevost’s priority was to protect the citadels at Montreal, Quebec and Halifax. He refused to send additional troops to Upper Canada.

Major-General Isaac Brock was chief administrator of Upper Canada, and senior commander of the troops. Responsible for the defence of the province, he had to rely on local militia units to support the few regular troops. Militiamen were hastily deployed to the Detroit River and Niagara frontiers. There was a shortage of supplies, and they were poorly equipped.

Many of these soldiers were from the Town of York (now Toronto) and surrounding area. As winter approached, Elizabeth Selby, daughter of the Receiver General, suggested sending warm clothing to these men. She organised the “young Ladies of the place” to make flannel shirts for militia companies serving between Niagara and Fort Erie. Soon Miss Selby’s idea had grown into the Loyal and Patriotic Society, officially founded on December 15, 1812, “To afford relief to such families of the militia in all parts of the province, as shall appear to experience particular distress in consequence of the death or absence of their friends and relations employed in the militia service of the province,” as well as to give financial aid to wounded and disabled militia men. York’s rector, the Rev. John Strachan, was one of the directors. When the war ended, funds remaining were used to establish a general hospital in York.

To take Upper Canada, the United States would have to gain control of the St. Lawrence and Great Lakes. They would have to take the strategic towns of York, Niagara, Kingston and Montreal. As capital of the province, York would make a prestigious prize, and its capture would demoralise Canadians. While the harbour appeared well-protected, the fort at York had never been completed; nor had Brock’s planned defences to protect the town.

On April 26, 1813, look-outs at the Scarborough Bluffs spotted the American squadron, and used flags to signal the looming danger to the town and garrison. The British commander, Major-General Sir Roger Hale Sheaffe, deployed regular (professional) troops and militia to the places where he anticipated the Americans would land: west of the town, near Fort York, and at the eastern approach from Scarborough. It was soon clear that the entire American force would land to the west of the fort.

The US fleet was commanded by Commodore Isaac Chauncey, and carried troops led by Major-General Henry Dearborn and Brigadier-General Zebulon Pike. As they were rowed ashore at dawn on April 27, they were covered by cannon fire from their schooners. The first US soldiers were confronted by Mississauga and Ojibway warriors.

When Sheaffe’s regulars arrived, “an awful battle” ensued. Outnumbered by the Americans, they were pushed back to the fort. Sheaffe decided to save his professional soldiers, and passed the command of York to two militia officers, Col. William Chewett and Major William Allan. He left orders that the Grand Magazine (the ammunition storage building) should be blown up, while his men set fire to the 30-gun frigate Sir Isaac Brock, which was still under construction. Sheaffe then marched his men east, to the safety of Kingston.

The blast from the exploding magazine could be heard as far away as Fort George. “The stone falling as thick as Hail,” caused injuries to hundreds, including Brigadier-General Zebulon Pike, who would die of his wounds.

DSC_0088

Image courtesy of Karolyn Smardz Frost

The terms of capitulation required that all militia and regular troops surrender; all public property be given up; citizens and private property were to be protected and respected. As prisoners-of-war, some soldiers suffered imprisonment, but most were paroled. That is, they swore an oath not to fight against the Americans.

The victorious Americans occupied York, vandalising and looting both public and private buildings. Rev. Strachan protested to Major-General Dearborn, but it was some days before any action was taken. After a week’s occupation, the American troops burned the parliament buildings and the governor’s house, and set sail for Sackets Harbor, taking with them all the military supplies they could find. By May 8 they had gone, leaving the traumatised residents to deal with death, injury and theft.

Ely Playter, a local farmer, recorded:

The appearance of the Town [York] & garrison were dismal. The latter shattered and rent by the balls & the explosion of the magazine. Not a building but show some marks of it & some all torn to pieces. The Town thronged with the Yankees, many busy getting off the public stores. The Council office with every window broke & pillaged of every thing that it contained. The Government building, the Block House and the building adjacent all burned to ashes.

Later in the summer, the Americans returned to York. For two terrifying days, they searched for any public property that they had missed. (At Sheaffe’s request, Miss Selby had hidden some of the public treasury funds.) The Americans burned the few remaining government buildings and left. In August, Fort York’s guns repulsed a US flotilla as it attempted a third attack on York.

In the first year of the war, American campaigns concentrated on securing the west of Upper Canada: the Detroit River corridor and the Niagara Peninsula. By the fall of 1813, they were ready to launch a two-pronged attack on Montreal. Major-General Wade Hampton was to attack from the south, and Major-General James Wilkinson was to approach Montreal from the west, by way of the St. Lawrence. Hampton’s army was defeated at Châteauguay on October 16, 1813.

Wilkinson landed his troops between Morrisburg and Cornwall, on the St. Lawrence River. His 4,000 men proved to be poorly trained, and badly led. The British, Canadian and Native force comprised only 1,200 men, but they were experienced regulars, First Nations warriors and the Dundas Militia, led by Lieutenant-Colonel Joseph Morrison. On November 11, 1813, the two armies met in a field at John Crysler’s farm. Casualties were high on both sides, but the Americans had underestimated the skill of the British troops, and soon retreated to Cornwall. When Wilkinson heard that Hampton’s army had been defeated at Chateauguay, he and his demoralised troops returned to winter quarters in the United States.

By the spring of 1814, the war in Europe was nearing its end, and Britain could turn its military attention to the defence of British North America. The arrival of soldiers, supplies and uniforms for the militia improved moral, and turned the tide for Canada.

Related Stories:

Back to Regions

 

Attaque de la ville de York sur le champ de bataille de Crysler Farm

Les Britanniques n’étaient pas prêts militairement lorsque la guerre avec les États-Unis a été déclarée le 18 juin 1812. Les troupes britanniques étaient engagées dans la guerre européenne contre Napoléon et peu de soldats professionnels avaient été déployés dans l’Amérique du Nord britannique. Dans le Haut-Canada, quelques troupes de soldats réguliers basées à Kingston et Fort York sur le lac Ontario, à Fort Érie dans la péninsule de Niagara, à Fort Malden sur la rivière Détroit et à Fort St. Joseph dans la région de Michilimackinac, ont été mis en alerte.

Au Canada, la priorité du Gouverneur général, Sir George Prevost était de protéger les citadelles à Montréal, Québec et Halifax. Il refusa d’envoyer des troupes supplémentaires dans le Haut-Canada.  

War_of_1812_Fort_York_1812

For York during the War of 1812. Image courtesy Library and Archives Canada, C-40091.

Le major-général Brock était l’administrateur en chef du Haut-Canada et le commandant supérieur des troupes. Chargé de la défense de la province, il devait se fier sur les unités de milice locales pour appuyer certaines de ses troupes régulières. Ces unités ont été déployées hâtivement à la frontière de la rivière Détroit et de Niagara. Les hommes manquaient de matériel et étaient mal équipés.

Un grand nombre de ces soldats provenaient de la ville de York (maintenant Toronto) et des environs. À l’approche de l’hiver, Elizabeth Selby, fille du receveur général, a suggéré d’envoyer des vêtements chauds à ces hommes. Elle a organisé les « jeunes femmes de la région » pour qu’elles confectionnent des chandails de flanelle pour les compagnies de ilices servant entre Niagara et Fort Érie. L’idée de mademoiselle Selby s’est rapidement développée pour devenir la « Loyal and Patriotic Society », fondée officiellement le 15 décembre 1812, « pour fournir une aide aux familles de ces unités de milice dans toutes les régions de la province qui semblent souffrir plus particulièrement de détresse en raison de la mort ou de la disparition de leurs amis et des membres de leur famille servant dans les unités de milice de la province », ainsi que pour fournir une aide financière aux miliciens blessés et handicapés. Le recteur de York, le pasteur John Strachan, était un des administrateurs. Après la fin de la guerre, les fonds restants ont été utilisés pour établir un hôpital général dans la ville de York.

Pour conquérir le Haut-Canada, les États-Unis devaient prendre le contrôle du fleuve St-Laurent et des Grands Lacs. Les Américains devaient prendre les villes stratégiques de York, Niagara, Kingston et Montréal. Étant la capitale provinciale, la ville de York était une prise prestigieuse, et sa capture démoraliserait les Canadiens. Même si le port semblait bien protégé, le fort de la ville de York n’a jamais été complété, ni les plans de Brock pour défendre la ville.  

Le 26 avril 1813, des veilleurs sur la falaise de Scarborough ont aperçu l’escadron américain et ont utilisé des drapeaux pour avertir la ville et la garnison. Le commandant britannique, major-général Sir Roger Hale Sheaffe, a déployé des troupes régulières (professionnelles) et des miliciens aux endroits où il prévoyait voir les troupes américaines débarquer : à l’ouest de la ville, près du fort York et à l’est près de Scarborough. Il est rapidement devenu clair que les troupes américaines allaient débarquer à l’ouest du fort.

La flotte américaine était commandée par le commodore Isaac Chauncey, et les troupes à bord étaient dirigées par le major-général Henry Dearborn et le brigadier-général Zebulon Pike. Les troupes étaient protégées par les tirs de leurs goélettes alors qu’elles ramaient vers la rive à l’aube du 27 avril. Les premiers soldats américains ont été confrontés par des guerriers Mississauga et Ojibway.

Lorsque les troupes régulières de Sheaffe sont arrivées sur les lieux, « une bataille sanglante » s’en est suivie. Les Américains étant plus nombreux, ils ont pu avancer sur le fort. Sheaffe a décidé de protéger ses soldats professionnels et a passé le commandement de la ville de York à deux officiers milices, le colonel William Chewett et le major William Allan. Il leur ordonna de faire exploser le grand magasin (le dépôt de munitions) pendant que ses hommes tirent sur la frégate de Sir Isaac Brock équipée de 30 canons qui était toujours en construction. Sheaffe a ensuite dirigé ses hommes vers l’est pour se réfugier à Kingston.

L’explosion du magasin pouvait être entendue jusqu’à Fort George. « Les pierres projetées ressemblaient à de la grêle », et ont blessé des centaines de personnes, y compris le brigadier-général Zebulon Pike qui périra à la suite de ses blessures.

Death_of_General_Pike_at_the_Battle_of_York

“The Death of General Pike at the Battle of York.” Image courtesy of Canadian Military History Gateway.

Les conditions de la capitulation demandaient que toutes les troupes régulières et les miliciens se rendent; que toutes les propriétés publiques soient concédées; et que les citoyens et leur propriété privée soient protégés et respectés. Certains soldats faits prisonniers de guerre ont été emprisonnés, mais la plupart ont été relâchés  pourvu qu’ils jurent de ne plus jamais se battre contre les Américains.

Les Américains sont parvenus à occuper la ville de York, vandalisant et pillant les bâtiments publics et privés. Le pasteur Strachan a protesté auprès du major-général Dearborn, mais plusieurs jours se sont écoulés avant que des mesures concrètes soient prises. Après une semaine d’occupation, les troupes américaines ont brûlé les édifices parlementaires et la maison du gouverneur pour ensuite rentrer à la base de Sackets Harbor, emportant avec eux tout le matériel militaire sur lequel ils pouvaient mettre la main. Ils sont partir le 8 mai, laissant les résidents traumatisés avec la tâche de s’occuper des morts et des blessés, et sans rien en raison du pillage.  

Ely Playter, un fermier local, a écrit :

The appearance of the Town [York] & garrison were dismal. The latter shattered and rent by the balls & the explosion of the magazine. Not a building but show some marks of it & some all torn to pieces. The Town thronged with the Yankees, many busy getting off the public stores. The Council office with every window broke & pillaged of every thing that it contained. The Government building, the Block House and the building adjacent all burned to ashes.

« La ville (York) et la garnison sont lugubres. La garnison a été complètement détruite par les boulets et l’explosion du magasin. Il n’y a pas un bâtiment qui n’a pas été touché et plusieurs sont complètement détruits. La ville est remplie de Yankees, plusieurs occupés à piller des magasins publics. Toutes les fenêtres du bureau du Conseil sont éclatées et il a été entièrement pillé. L’édifice parlementaire, le blockhaus et l’édifice adjacent ont été réduits en cendres. »

Plus tard cet été-là, les Américains sont retournés à York. Pendant deux jours terrifiants, ils ont cherché toute propriété privée qu’ils auraient manquée lors du premier raid. (À la demande de Sheaffe, mademoiselle Selby a caché certains des fonds du Trésor public.) Les Américains ont brûlé les quelques édifices parlementaires toujours debout et sont partis. En août, les canons du fort York ont réussi à repousser une flottille américaine qui tentait une troisième attaque sur la ville de York.

Durant la première année de la guerre, les campagnes américaines étaient concentrées dans l’ouest du Haut-Canada : le corridor de la rivière Détroit et la péninsule de Niagara. À l’automne 1813, les Américains étaient prêts à lancer une double attaque sur la ville de Montréal. Le major-général Wade Hampton devait attaquer le sud alors que le major-général James Wilkinson devait approcher Montréal par l’ouest en empruntant le fleuve St-Laurent. L’armée du major-général Hampton a été défaite à Châteauguay le 16 octobre 1813.

Les troupes du major-général Wilkinson sont débarquées entre Morrisburg et Cornwall sur les rives du St-Laurent. Les 4 000 hommes étaient mal formés et mal dirigés. Les forces britanniques, canadiennes et autochtones comptaient 1 200 hommes, mais il s’agissait de soldats réguliers expérimentés, de guerriers des Premières nations et des miliciens de Dundas dirigés par le lieutenant-colonel Joseph Morrison. Le 11 novembre 1813, les deux armées se sont affrontées sur le champ de bataille de Crysler Farm. Les deux côtés ont subi de grandes pertes, mais les Américains avaient sous-estimé les compétences des troupes britanniques et ont dû rapidement battre retraite à Cornwall. Lorsque Wilkinson a eu vent de la défaite de l’armée d’Hampton à Châteauguay, il est retourné avec ses troupes démoralisées au camp d’hiver aux États-Unis.

Au printemps 1814, la guerre en Europe tirait à sa fin, ainsi les Britanniques pouvaient tourner leur attention sur la défense de l’Amérique du Nord britannique. L’arrivée de soldats, de matériel et d’uniformes pour les miliciens a permis de remonter le moral des troupes, ce qui donna l’avantage au Canada.

Autres histoires connexes:

Retour à la page sur les régions

 

Share